Christine E. Edwards

Généticienne de la Conservation au Missouri Botanical Garden

headshot.CEdwards

Thème de la conférence : Génétique de la Conservation

Christine Edwards est Généticienne de la Conservation au Missouri Botanical Garden, Professeure adjointe honoraire à la Washington University à St. Louis et Professeure assistante adjointe à la University of Missouri-St. Louis. La Dr Edwards a obtenu un diplôme en Ecologie et Biologie de l’Evolution et en Espagnol de la University of Colorado à Boulder en 1999 et un Ph.D. en Botanique de la University of Florida en 2007. Elle a occupé un post-doc dans le Département de Botanique de la University of Wyoming de 2008 à 2011. En 2011, elle a rejoint le Environmental Laboratory du U.S. Army Engineer Research and Development Center en tant que Biologiste chercheur. La Dr Edwards a intégré le Missouri Botanical Garden en 2013 et dirige le Conservation Genetics Lab et le progamme de recherche associé. La recherche du Dr Edwards est focalisée sur l’utilisation des approches de la génétique des populations et quantitative pour aider à comprendre l’écologie et la biologie évolutive des espèces de plantes en danger. Sa recherche consiste aussi à utiliser les données de la génétique pour aider aux efforts de conservation appliquée in-situ et ex-situ.

Martin Beniston

Professeur de Science du Climat et Responsable de l’Institut des Sciences de l’Environnement de l’Université de Genève.

Beniston_DeepWater

Thème de la conférence : Changements climatiques

Martin Beniston a étudié la physique de l’atmosphère et du climat en Angleterre (BSc et MSc), en France (PhD) et à l’ETH-Zurich (Diplôme d’habilitation). Il a travaillé dans des instituts de recherche en Australie, en France, au Canada, en Allemagne et en Suisse, y compris à l’ETH -Zurich. Il a été vice-président de 1992 à 1997 de l’un des groupes de travail sur les impacts climatiques de l’Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC, co-récipiendaire du Prix Nobel de la Paix en 2007) ainsi que scientifique senior à temps partiel en recherche sur le climat à l’ETH-Zurich. Il a été nommé Professeur ordinaire et responsable de l’Institut de Géographie de l’Université de Fribourg, en Suisse, de 1996 à 2006. En 2006, il est nommé Professeur ordinaire à l’Université de Genève et Directeur de son Institut des Sciences de l’Environnement. De 2008 à 2014 il a coordonné un important projet européen sur le climat et l’eau (www.acqwa.ch). Il a aussi été l’initiateur et le responsable scientifique de l’expédition “Planet Solar Deep Water” en 2013 en Atlantique Nord, utilisant “Planet Solar”, le plus grand bateau solaire du monde qui a été conçu en Suisse. Il compte près de 190 publications en littérature internationale, et est éditeur et éditeur associé de plusieurs séries de journaux et de livres d’éditeurs internationaux. En 2000, il a été élu à l’Academia Europea, l’Académie des Sciences européenne.

Marie Haga

Directrice exécutive au Global Crop Diversity Trust

new photo

Thème de la conférence : Sécurité alimentaire

Marie Haga a rejoint le Global Crop Diversity Trust en qualité de Directrice exécutive en mars 2013. Elle a été auparavant membre et vice-présidente du comité du Global Crop Diversity Trust. Mme Haga est au bénéfice d’une carrière de diplomate au Service des Affaires étrangères, tant dans le secteur politique que privé. Elle a occupé différents postes au Ministère norvégien des Affaires étrangères, notamment à la Mission norvégienne auprès des Nations Unies à New York et à l’Ambassade à New Delhi. Elle a été nommée politiquement et a occupé un poste de Secrétaire d’Etat / Vice-ministre au Ministère des Affaires étrangères de 1997 à 1999. Mme Haga a une large expérience politique et a servi comme Membre du Parlement de Norvège de 2001 à 2009. Elle a été conseillère politique auprès du Ministre de la Coopération au Développement de 1997 à 1998. Elle a été présidente du Centre Party de 2003 à 2008. Mme Haga a occupé trois postes ministériels : Ministre des Affaires Culturelles (1999-2000), Ministre de l’Administration locale et du Développement régional (2005-2007) et Ministre du Pétrole et de l’Energie (2007-2008). Marie Haga a occupé le poste de Directrice de l’Energie renouvelable dans la Fédération des Industries norvégiennes (2009-2011) ainsi que celui de Secrétaire générale de la Norwegian Air Ambulance (2011-2013) – la plus grande organisation de bénévoles de Norvège. Mme Haga a participé à de nombreux comités, notamment en tant que Présidente du comité directeur du Norwegian Institute for Nature Research (NINA) (2009-2013) et Présidente du comité directeur de la Industrial Development Corporation of Norway (2010-2013). Elle est active actuellement dans le comité directeur du Regional Environmental Center (REC). Mme Haga est aussi Présidente élue du comité PRIO pour la période 2016-2018. Marie Haga a aussi publié trois livres – une nouvelle et deux sur la politique norvégienne.

Cristián Samper

Société pour la conservation de la vie sauvage

portrait

Thème de la conférence : Conservation des plantes et le GSPC après 2020

Cristián Samper a rejoint la WCS (Wildlife Conservation Society, Société pour la conservation de la vie sauvage) en tant que Président et Directeur exécutif du WCS en août 2012. Auparavant, il a été directeur du Muséum National d’Histoire Naturelle du Smithsonian (MNH). Au cours de son mandat, il a fonctionné comme Secrétaire par intérim du Smithsonian (2007-2008). Avant de rejoindre le MNH en tant que Directeur en 2003, le Dr Samper a été Directeur adjoint et fait partie de l’équipe scientifique de l’Institut de Recherche Tropicale du Smithsonian au Panama. De 1995 à 2001, il a été le fondateur et le premier directeur de l’Institut Alexandre von Humboldt, l’institut de recherche national en biodiversité pour la Colombie. Pour ses contributions, il a été récompensé de la médaille nationale de l’Environnement et de l’ordre de San Carlos par le Président colombien. De 1999 à 2001, le Dr Samper a présidé l’Organe Subsidiaire de Conseil Scientifique, Technique et Technologique (SBSTTA, Subsidiary Body of Scientific, Technical & Technological Advice) de la Convention sur la Diversité Biologique des Nations Unies, dans lequel il a participé au développement d’une Stratégie Mondiale de Conservation des Plantes et a lancé l’Evaluation des Ecosystème du Millénaire (Millennium Ecosystem Assessment). Il a aussi fonctionné comme Vice-président de la Commission de survie des espèces de l’UICN (IUCN Species Survival Commission), en tant que membre du Panel consultatif scientifique et technique (Scientific & Technical Advisory Panel) du GEF (Global Environment Facility)  et membre du Conseil de surveillance (board of overseers) de l’Université de Harvard. Le Dr Samper a obtenu son Master (1989) et son Doctorat (1992) en Biologie à l’Université de Harvard où il fut récompensé du Prix Derek Bok pour la qualité de son enseignement. Connu pour son travail en écologie des forêts des nuages andines, en biologie de la conservation et en politique environnementale, le Dr Samper est actuellement membre du Conseil de l’Institut Carnegie pour la Science, du CIAT et du Science for Nature and People Partnerships (SNAPP). Il est membre du Conseil des affaires étrangères (Council on Foreign Affairs); et de l’Académie américaine des arts et des sciences (American Academy of Arts and Sciences).

Jin Chen

Professeur et Directeur, Jardin botanique tropical de Xishuangbanna, Académie chinoise des Sciences

Photo

Thème: Education Environnementale

Jin Chen a obtenu son diplôme de bachelor en horticulture de l’Université d’Agriculture de Nanjing (Nanjing Agricultural University) en 1986 et son titre de Docteur en botanique de l’Institut de botanique de Kunming de l’Académie chinoise des Sciences (Kunming Institute of Botany of Chinese Academy of Sciences) en 2003. Ses recherches portent sur l’écologie et l’évolution des interactions plante-animal, sur l’éducation environnementale, sur la biologie de la Conservation, avec environ 70 articles publiés dans des journaux internationaux. Jin Chen dirige le Jardin botanique tropical de Xishuangbanna (Xishuangbanna Tropical Botanical Garden of Chinese Academy of Sciences) depuis 2005, et il est le Président de l’Union chinoise des Jardins botaniques (Chinese Union of Botanical Gardens, CUBG) depuis sa création en 2013, comptant actuellement 96 Jardins. Il a par ailleurs été le premier Président du groupe Asie-Pacifique de l’Association en Biologie et Conservation Tropicales (Asia-Pacific Chapter of Association of Tropical Biology and Conservation, ATBC) de 2006 à 2008, Conseiller de l’ATBC de 2005 à 2007, éditeur associé de quelques journaux tels que les Proceedings B. Il a été honoré comme étant l’un des « 10 meilleurs travailleurs nationaux de la Science et de la Technologie » (“Top 10 National Outstanding Science & Technology Workers”) par l’Association chinoise de la Science et de la Technologie (China Association for Science & Technology) en 2010.

Bernard Baertschi

MER à l’Institut Éthique, Histoire, Humanités de l’Université de Genève

Image 5

Titre de la présentation: La Dignité des plantes

Après des études universitaires menées à Fribourg (Suisse), Bernard Baertschi a obtenu son doctorat en philosophie à l’Université de Genève. Sa thèse, consacrée à la pensée de Maine de Biran, a obtenu le prix Rivier de l’Université de Lausanne (1981). Par la suite, il a été membre du CNRS (Paris) de 1980 à 1996, ainsi que du comité d’édition des Œuvres de Maine de Biran (Paris, Vrin). Il a continué ses recherches sur la philosophie française au XVIIIe et XIXe siècles mais, parallèlement, s’est intéressé à l’éthique fondamentale et aux rapports entre la philosophie et la médecine, notamment à la bioéthique. Il a enseigné ces matières à l’Institut Éthique Histoire Humanités (anciennement Institut d’éthique biomédicale) et au département de philosophie de l’Université de Genève jusqu’en 2014. Il a été président de la Société suisse de philosophie et membre du comité de cette dernière de 1983 à 1997, ainsi que rédacteur des Studia philosophica de 1994 à 2005. Au printemps 2004, il a occupé la chaire d’éthique de l’Université de Grenoble. Il a siégé dans diverses commissions d’éthique, dont la Commission fédérale d’éthique pour la biotechnologie dans le domaine non humain (CENH, Suisse) entre 2002 et 2014, et le Comité d’éthique de l’Inserm (CEI, France) depuis 2013. En tant que membre de la CENH, il a participé à la rédaction de diverses prises de position, dont Le génie génétique dans l’alimentation (2003), La dignité de la créature dans le règne végétal (2008), la Biologie synthétique (2010) et Nouvelles techniques de sélection végétale (2016).

Jeannine Cavender-Bares

Professeure à l’Université du Minnesota en Ecologie, Evolution et Comportement

photo

La Science pour la Société

Jeannine Cavender-Bares occupe un poste de Professeure à l’Université du Minnesota en Ecologie, Evolution et Comportement, et est membre de l’Institut sur l’Environnement. Ses recherches portent sur la fonction des plantes et leur biodiversité, y compris leurs origines, leur gestion et conséquences, et cherche à conserver et restaurer la biodiversité de la Terre. Jeannine Cavender-Bares est très intéressée à comprendre comment les traits fonctionnels des plantes relient leur évolution au cours de l’histoire aux processus écologiques actuels. Bien des travaux de son équipe combinent des approches phylogénétiques et de génétique quantitative avec des études sur la fonction physiologique des plantes, afin de comprendre comment une communauté se constitue et quels sont les forces qui sous-tendent les changements dans la tolérance au stress chez les espèces étroitement liées ou parmi les populations appartenant à la même espèce. Actuellement elle dirige un projet sur les Dimensions de la Biodiversité soutenu par la NSF et la NASA, utilisant des outils de télédétection pour mesurer à distance les processus de biodiversité, de santé des arbres et d’écosystèmes. Elle a obtenu son bachelor (B.A.) à Cornell, son master (M.E.S.) à Yale et son doctorat (Ph.D.) à Harvard. Elle a effectué des post docs au Smithsonian et au Centre National de la Recherche Scientifique à Montpellier, France. Elle est boursière Fulbright pour l’année 2011 à Mexico, du Leopold Environmental Leadership en 2015, éditeur pour le périodique Ecology et membre du conseil stratégique du New Phytologist. Elle siège dans les comités directeurs scientifiques du programme bioDISCOVERY  à l’Université de Zürich, et du Center for Tree Science du Morton Arboretum, et est impliquée dans la plateforme intergouvernementale sur l’évaluation régionale de la Biodiversité et des Services Ecosystémiques Américains. Elle a publié plus de 100 articles scientifiques.